AGORA X.4 : Le sport durable (2004)

ON L’APPELAIT JACK RABBIT. Il était venu de Norvège sous le nom de Herman Smith Johannsen. Il a passé sa vie à skier, à aménager des pistes de ski et à donner le goût du ski de fond aux Québécois. Il était légendaire de son vivant. Il participait encore à des compétitions à l’âge de soixante-quinze ans. La longueur des trajets qu’il parcourait à plus de quatre-vingt-dix ans étonnait tout le monde. Il est mort en 1987, à l’âge de cent douze ans, après avoir donné son nom à des événements et des hôtels. Le sport durable c’est lui.

Voilà un domaine où il existe depuis Hippocrate, dont on connaît les préceptes sur l’équilibre entre l’alimentation et l’exercice physique, un consensus qui se renforce avec le temps : l’activité physique est une bonne chose, les modes de vie sédentaires une mauvaise chose. “Ils accroissent toutes les causes de mortalité, font doubler le risque de maladies cardio-vasculaires, de diabète et d’obésité et font considérablement augmenter les risques de cancer du côlon, d’hypertension artérielle, d’ostéoporose) de dépression et d’angoisse” (OMS)

Dans un pays comme le Canada où ce genre de message est régulièrement diffusé, l’accès à des  lieux qui facilitent l’activité physique et la rendent agréable est facile et souvent gratuit. Il n’empêche que 49 % de la population est inactive. Entre l’âge de douze et quatorze ans, le pourcentage d’inactifs n’est que de 20 %.Il passe à 31 % de quinze à dix-neuf ans, à 41 % de vingt à 24 ans, à 50% entre vingt-cinq et et trente-quatre ans. L’inactivité se stabilise ensuite. A l’âge de soixante-quinze ans et plus, elle atteint 63 %.

Chez les jeunes en particulier, l’activité physique est en déclin au Canada. “Au cours des dernières années, l’incidence de l’obésité chez les adolescents a doublé ; l’incidence d’un surplus de poids a augmenté de 92 % chez les garçons et de 57 % chez les filles entre 1981 et 1993. Depuis une décennie, les enfants canadiens dépensent 400 % moins d’énergie que leurs compatriotes d’il y a quarante ans et 60 % d’entre eux ne se conforment pas aux normes d’une bonne condition physique pour leur groupe d’âge.” Cette lamentable situation est en grande partie le résultat d’un développement où l’on sacrifia les besoins des enfants aux intérêts de l’industrie automobile, à la poursuite d’un progrès auquel on sacrifiait la nature d’autre part. Sauf exception, les anciens collèges et couvents du Québec possédaient une immense cour de récréation, généralement bien aménagée et parfois belle au point d’en être inspirante : y marcher était un plaisir auquel on rêvait pendant les heures de classe ennuyeuses pour s’y adonner le moment venu, comme un enfant court vers la mer, sans avoir à mobiliser sa volonté. Autour des nouveaux collèges, il n’y a que des terrains de stationnement.

Au moment où le Cégep d’Ahuntsic a été fondé à Montréal, à la fin de la décennie 1960, il y avait un grand boisé dans le voisinage immédiat. On refusa de le céder au Cégep, qui l’aurait transformé en un parc destiné à ses milliers d’étudiants. On leur offrit plutôt un gymnase et une piscine olympique. Mais voilà : ces équipements offrent bien des avantages, notamment pour la préparation aux compétitions olympiques, mais ils ne préparent pas à l’activité physique durable. L’homme ressemble encore à l’oiseau migrateur. Il est soumis à la polarité. Il se déplace d’autant plus facilement qu’il est attiré par un but enchanteur : beauté du paysage, ivresse de l’air de la montagne, parfum des fleurs, saveur des champignons, attraits d’une ville comme le vieux Québec, où dans certaines rues, la vue est réjouie par le caractère à la fois unique et varié des maisons anciennes, et par l’attrait des boutiques qui jalonnent les rues étroites conduisant au fleuve. Aux Etats-Unis, royaume des gadgets de l’entraînement physique, parmi les exercices que les personnes actives pratiquent, la marche domine dans 43 % des cas, le travail au jardin ou dans la cour suit avec 28 %,le jogging ou la course représentent 10% des activités, le vélo mobile ou fixe, 12 %, la gymnastique 15%.

Nous vivrons mieux lorsque nous aurons plus de sollicitude pour la vie autour de nous et pour la polarité dont nous avons besoin pour nous unir à elle. Georges Hébert, à qui nous devons l’hébertisme, est l’un de ceux qui avaient mis ses contemporains en garde contre une approche trop rationnelle et trop volontariste de l’éducation physique.

Le docteur André Schlemmer lui a rendu cet hommage : “Il est antinaturel, ennuyeux et même fatigant de demander à un être d’accomplir un exercice qui n’a de sens qu’en soi ou qui ne correspond qu’à une conception rationnelle. Un effort qui n’est pas porté par la spontanéité expressive ou efficace n’est pas seulement lassant : il réussit mal à être éducatif, formateur et bienfaisant. Les exercices analytiques et scientifiques, qu’il s’agisse de gymnastique, d’entraînement aux sports ou de piano, sont antinaturels et, de ce fait, leur résultat est médiocre, malgré le temps et l’effort demandés. C’est là la découverte géniale de Georges Hébert et l’inspiration de toute son oeuvre.

Jacques DUFRESNE

Le PDF intégral du magazine a été retranscrit par notre équipe et océrisé (vous pouvez en copier-coller le texte) :

AGORA XI.1 : Les professions (2005)

On célébrait, I’an dernier, les trente ans du Code des professions du Québec, la pierre d’assise du système professionnel québécois. Dans la foulée de cet anniversaire, il nous a semblé pertinent de consacrer ce second fascicule, qui inaugure le projet des Grandes études de I’Encyclopédie de I’Agora, à la question des professions.
A certains, le sujet pourrait sembler hautement spécialisé, sinon abstrait. Pourtant, à bien y penser, il est on ne peut plus concret. Les problèmes auxquels font face les professionnels nous touchent tous, à des degrés divers, en tant que travailleurs et travailleuses.
Notre intérêt fut d’autant plus vif que les professions font partie de ces réalités qui, dans le monde actuel, sont en péril. Nos sociétés, fondées sur la démocratie et le libéralisme économique, manifestent en effet une réticence
croissante à l’égard des professions. D’une part, on tolère mal le fait que des groupes particuliers comme elles se voient octroyer une partie de la puissance publique, tout en ne manifestant pas toute la transparence requise ; de l’autre, on perçoit de plus en plus négativement les monopoles qu’elles possèdent sur certaines occupations, et les entraves qu’elles causent à la libre concurrence en raison de leurs réglementations particulières.
Il aurait été dans I’air du temps de s’appesantir sur les déboires, médiatiques ou autres, des professions. Il nous a semblé plus judicieux de considérer celles-ci dans leurs potentialités positives, de prendre en compte la manière dont elles peuvent contribuer à I’humanisation de notre monde.
Dans un article intitulé L’âme des professions, qui donne le ton au numéro, Jacques Dufresne rappelle qu’elles demeurent une des rares occupations “compatibles au plus haut degré avec la bonne vie, celle qui consiste, […] selon Aristote, à se faire soi-même en faisant des choses.
On entend parler souvent, par les temps qui courent, de crise de I’identité professionnelle. Cette crise ne pourra être résolue, à notre avis, que par I’adhésion à des valeurs nourricières qu’on aura su reconnaître. Peut-être alors les professions, et les ordres qui les représentent, pourront-ils (re)devenir ces communautés morales dont parle Durkheim, susceptibles,  selon lui, de combattre l’anomie de la société moderne.

Stéphane Stapinsky & Bernard Lebleu

Le PDF intégral du magazine a été retranscrit par notre équipe et océrisé (vous pouvez en copier-coller le texte) :

AGORA VII.3 : L’Encyclopédie de l’Agora, un portail éclairé (2000)

En 2000, Jacques DUFRESNE, Hélène LABERGE et leur tribu publiaient un numéro spécial du magazine trimestriel L’agora : des idées, des débats. Ce numéro 3, volume 7, du magazine qui parut en avril-mai 2000, était entièrement consacré à une nouveauté pour l’époque : le portail de l’Encyclopédie de l’Agora. L’éditeur responsable de wallonica.org venait de rejoindre l’équipe et Jacques allait par ailleurs lui confier la mise en oeuvre d’un portail wallon (walloniebruxelles.org) qui partagerait les mêmes dossiers de fond. Le tout était techniquement possible grâce au logiciel Lotus Notes, aujourd’hui désuet, dont Bernard Lebleu avait détourné le module “bibliothèque”. En savoir plus sur wallonica.org…

Plusieurs articles du magazine ont été retranscrits par notre équipe et celui-ci a été intégralement ‘océrisé’ (vous pouvez en copier-coller le texte) :

WESH MAG n°1 (2021)

Paru en mai 2021, WESH MAG n°1 est la première édition du magazine (fanzine) de la Maison de Jeunes du Thier-à-Liège : “Ce magazine est le fruit d’une demande des jeunes de la Maison de Jeunes. Ils/ elles voulaient pouvoir s’exprimer et vous faire vivre un petit brin de vie au sein de leur MJ…
© MJ Thier


Commander un exemplaire
du Wesh Magazine